Cure de désintox amoureuse à Strasbourg

Mon Poussin, affiche du film

La pub, c’est l’art de mentir. On vend de la merde, mais le client doit avoir l’impression d’acheter de l’or.

Harold Peletier (Pierre-François Martin-Laval)

Une comédie de Frédéric Forestier avec Isabelle Nanty, Pierre-François Martin-Laval et Thomas Solivérès, tournée en région parisienne et à Strasbourg, sortie en salles en 2017.

Le jeune Vincent Peletier se fait larguer par Elina, son premier chagrin d’amour et il ne s’en remet pas, à tel point que ses parents prennent les choses en main pour le « désintoxiquer » de son ex-copine en l’emmenant en pèlerinage sur les lieux de leur weekend en amoureux à Strasbourg. Drôle d’idée ? Oui et non, car à chaque fois que l’ado se remémore un moment intime passé là avec son ex, il se prend une gifle de la part de son père… violent, certes, mais le réflexe de Pavlov a fait ses preuves 😉.

Vincent et Elina (Leslie Medina, surtout vue à la télévision, notamment dans la série Balthazar avec Tomer Sisley) finissent par se réconcilier, mais les parents Peletier se séparent et c’est au tour du fils de secouer son père en dépression !

Vincent est interprété par Thomas Solivérès, que l’on a vu dernièrement au cinéma dans Edmond et dans la série Les Aventures du jeune Voltaire. Ses parents, Harold et Cléa, sont joués par Pierre-François Martin-Laval (alias Pef) et Isabelle Nanty qui ont déjà partagé l’affiche dans de nombreux films dont Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, Les Profs et sa suite, Le Bison (réalisé par Nanty), Essaye-moi et King Guillaume (les deux réalisés par Pef); pour la petite histoire Isabelle Nanty a été la prof de Martin-Laval au cours Florent.

Les ponts couverts, la place des Tripiers et la rue Mercière à Strasbourg; film (2017) vs réalité (2022)

La comédie Mon Poussin, d’après le surnom que ses parents donnent à Vincent, a été tournée entre Paris et Rueil-Malmaison (le Tennis-Club de la Châtaigneraie), avec un crochet par un club canin de Beauchamp, la séquence du parc d’attractions a été filmée quant à elle au Jardin d’acclimatation au Bois de Boulogne. Les intérieurs ont été tournés aux Studios de Bry à Bry-sur-Marne.

La Petite France : le barrage Vauban, les ponts couverts, la passerelle des Anciennes-Glacières

Pour la partie qui m’a intéressée, direction Strasbourg et un tour express dans le film des endroits les plus touristiques de la capitale de la région Grand Est :

  • Le Barrage Vauban avec vue sur les tours des ponts couverts : le barrage a été construit au 17e siècle d’après les plans du célèbre architecte à qui l’on doit quasiment toutes les fortifications militaires de l’époque, de la France à la Belgique. Le barrage sert de pont aux piétons entre les deux rives de L’Ill, on peut emprunter le couloir qui le traverse ou monter deux étages plus haut via l’accès à la terrasse panoramique. En face, les ponts couverts ne le sont plus depuis longtemps – couverts – et les ponts en bois d’origine ont été remplacés par des ponts en pierre au 19e, et si les quatre tours restantes de la construction plus ancienne sont toujours là, c’est grâce à leur rôle de prison pendant longtemps.

Rue du Bain-Aux-Plantes, Place Benjamin Zix et Place de la République à Strasbourg; film (2017) vs réalité (2022)

  • Balade dans la Petite France, ce quartier touristique qui a su conserver l’architecture typique de la région (maisons à colombages, petits ponts qui enjambent l’Ill, écluses et passerelle des Anciennes-Glacières) ; on reconnaît tous ces endroits dans le film, avec les institutions qui permettent de repérer les lieux exacts du tournage : l’hôtel-restaurant Regent Petite France vu de la Place Benjamin Zix sur l’autre rive, la passerelle piétonne, le restaurant Lockhäs dans la rue du Bain-Aux-Plantes…
  • On se dirige ensuite vers le centre-ville via la Place des Tripiers où l’on peut voir l’énorme tonneau de vin de 6770 litres (vide, je précise 😉), on ne pouvait éviter la rue Mercière avec la cathédrale en arrière-plan, d’ailleurs on peut revoir la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg filmée de nuit dans le film, l’hôtel où logent les Peletier donnant sur le parvis (en tout cas dans le film, si pas dans la réalité).

La cathédrale et la rue Mercière, la place des Tripiers et la statue du chevalier Liebenzeller inaugurée en 2019 (et donc pas visible dans le film), la place de la République

  • On termine ce tour rapide par la Place de la République et ses magnolias en fleur, dans le quartier Neustadt né sous l’occupation prussienne après la guerre de 1870. La place est toujours bordée de constructions grandioses à la gloire de l’empire allemand de Guillaume Ier, dont le palais du Rhin (ancien Palais impérial).

Vous pouvez retrouver plus d’images tirées du film Mon Poussin dans la rubrique Galerie de photos du site.

Photos : @Simply.Mad et @bitch_bananaa 2022 (et captures d'écran du film Mon Poussin, 2017)

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :