Une salle de spectacle à l’abandon en guise de décor

Entrée de l'Aegidium sur le Parvis Saint-Gilles

Le nom de Colin lui convenait à peu près. Il parlait doucement aux filles et joyeusement aux garçons. Il était presque toujours de bonne humeur, le reste du temps il dormait.

Boris Vian, L’écume des jours

Une salle de fête bruxelloise inoccupée pendant trente ans accueille des tournages.

  • L’Écume des Jours est publié en 1947 mais ne rencontre le succès que bien des années plus tard, à la mort de l’écrivain-philosophe Boris Vian. Michel Gondry s’attaque à ce roman phare et, si ce n’est pas la première fois que ce livre – que tout le monde ou presque a dû lire pour le cours de français en secondaire – est adapté au cinéma, on imagine difficilement un autre réalisateur plus à même d’en illustrer toute l’imagerie fantasque et absurde. Entre fantaisie et tragédie, alignant les calembours et inventions visuelles, le roman s’avère du pain béni pour l’imagination folle du réalisateur français. Son adaptation, sortie au cinéma en 2013, y est peut-être un peu trop fidèle, justement, et au final toutes ces scènes courtes qui se suivent sur un rythme rapide, pleines de détails visuels, collent trop au roman et fatiguent la rétine.

Tout y est, du piano-cocktail à la souris cohabitante, en passant par la voiture-nuage et le nénuphar qui grandit dans la poitrine de Chloé (Audrey Tautou), on en prend plein les mirettes, mais il est parfois difficile de ressentir de la tendresse pour les personnages. Le film fut légitimement récompensé par le César des meilleurs décors remis à Stéphane Rozenbaum, le chef décorateur.

Le tournage a eu lieu à Paris, aux studios d’Epinay-sur-Seine et en Belgique. Dans la capitale française, on peut reconnaître notamment le chantier du centre commercial Forum des Halles et l’église Saint-Eustache en arrière-plan (scène du nuage), le Palais des Mirages du Musée Grévin (scène de la danse « biglemoi »), l’église Notre-Dame-de-la-Croix à Ménilmontant (le mariage), la patinoire de Saint-Ouen, les environs de la Butte Bergeyre et la station de métro Botzaris toute proche, ou encore le Siège du Parti communiste français (salle des dactylos). On y voit également une portion de la Ligne de Petite Ceinture, cette ancienne boucle ferroviaire qui encercle la capitale et qui est devenue par endroits une zone de promenade et de jardins partagés pour les Parisiens.

L’ancien accès au Musée Grévin dans le Passage Jouffroy; L’escalier de marbre

Le Palais des Mirages du Musée Grévin est une attraction créée pour l’exposition universelle de Paris en 1900 et rachetée par le musée. Vous pénétrez dans une salle décorée d’une multitude de miroirs qui en font un kaléidoscope géant, jouant avec les perspectives. Attention à ne pas perdre pied !

Pour compléter le look intemporel de ce Paris fantasmé, la production est passée par le « Plat Pays ». C’est au jardin botanique de Meise qu’a été tournée la séquence où Colin (Romain Duris) choisit les fleurs destinées à guérir la maladie étrange de sa jeune épouse (le nénuphar qui grandit dans ses poumons). L’entretien d’embauche de Colin exploite l’Institut royal du patrimoine artistique au Cinquantenaire et son escalier en colimaçon qui donne lieu à une scène cocasse avec le CV de notre héros.

Tout ce petit monde déménage ensuite sur le Parvis de Saint-Gilles où les passants pouvaient apercevoir lors du tournage de drôles de voitures, issues tout droit des années 1960. Plusieurs véhicules ont été fabriqués pour le film, parfois en mélangeant l’avant d’un modèle avec l’arrière d’un autre; les ingénieurs de Peugeot se sont d’ailleurs prêtés au jeu du prototype, une limousine transparente (celle utilisée pour le mariage) étant la pièce la plus étonnante de ces « concept cars » uniques. La conférence donnée par Jean-Sol Partre se déroule dans la Salle Mauresque de l’Aegidium, et toujours sur le Parvis, la Brasserie Verschueren sert de décor à l’assassinat de Partre.

Anecdote : Paul McCartney, pour qui Gondry a réalisé un clip vidéo, joue de la basse sur plusieurs morceaux entendus dans le film.

La Brasserie Verschueren un jour de marché; L’intérieur de l’Aegidium : salle Louis XV et escalier d’honneur

Je vais maintenant m’attarder sur cette mythique salle bruxelloise que j’ai eu le bonheur de visiter il y a peu. Derrière sa façade blanche vieillissante se cachent des trésors d’arts décoratifs qui ont malheureusement disparu pour beaucoup, n’en restent que des vestiges cachés sous les couches de peinture. Un siècle d’histoire festive s’est déroulé entre ses murs et c’est un plongeon vers le passé que d’en passer la porte d’entrée.

Le bâtiment a ouvert ses portes en 1906 sous le nom de Diamant Palace, une salle de spectacles où l’on venait s’amuser et où l’on pouvait voir des projections de Pathé Frères, et qui a fait les beaux jours des bourgeois de Saint-Gilles, commune du sud de Bruxelles. Rapidement racheté et renommé Panthéon-Palace, l’endroit devient une salle de bal très prisée. En 1929, nouveau changement de propriétaire lorsque la paroisse en prend possession sous l’appellation Aegidium (du nom latin du saint patron Gilles, Aegidius), le chanoine acquéreur va prendre un malin plaisir à effacer les décorations jugées inappropriées : exit les moulures en staff représentant des femmes et les fioritures trop riches nées d’inspirations Art Déco et Art Nouveau (paons, fleurs…). Le lieu va servir de quartier général à plusieurs générations de Saint-Gillois en réunissant une salle de fête paroissiale et un cinéma dès 1933. On y murmure que bon nombre de couples s’y sont formés, à l’abri des regards de l’ecclésiastique 😉

La salle Mauresque en 2021

La pire hérésie architecturale a été de baisser le plafond de la très chic salle Louis XV pour construire une salle supplémentaire par-dessus, un dommage malheureusement irréparable. La seule pièce qui n’a pas trop souffert des affres du temps finalement est la salle Mauresque à l’étage, salle de spectacle et cinéma aux airs de petit théâtre avec balcon et alcôves. Une épaisse couche de couleur d’un brun terne est venu recouvrir les motifs de décoration mais n’a pu complètement effacer la grandeur architecturale de la pièce, avec son plafond décoré, ses arcs et frises exotiques. Une salle qui devait être encore plus impressionnante avec ses couleurs vives d’origine.

A l’adandon depuis les années 1980, en état de délabrement avancé par endroits, le bâtiment classé en 2006 va connaître prochainement une période de travaux importants pour lui redonner son lustre. L’architecte Francis Metzger qui est à l’oeuvre tente actuellement de retrouver les traces des couleurs et éléments de décoration d’origine afin de les réintégrer au lieu qui devrait ensuite accueillir événements culturels et réceptions. La salle Mauresque devrait à nouveau accueillir un théâtre. Que ce joyau du patrimoine bruxellois puisse renaître de ses cendres pour briller pendant un siècle encore !

  • La French (2014)
L'Aegidium dans le film La French

Les films Les Barons (2009), Cloclo (2012) et Annette (2021) ont également passé chacun quelques jours à l’Aegidium pour mettre en boîte l’une ou l’autre scène. Si vous (re)voyez l’un de ces films prochainement, ouvrez l’oeil et tachez de reconnaître cet illustre bâtiment.

Cette scène de La French avec Gilles Lellouche a été tournée à l’étage de l’Aegidium, on reconnaît la rampe d’escalier en fer forgé, le lustre et la porte vitrée de la salle Louis XV typique de l’Art Déco.

Merci Les Visites de Mon Voisin grâce à qui j’ai pu découvrir ce lieu hors du commun lors d’une visite guidée pleine d’enseignements. Je vous recommande vivement la visite si vous êtes de passage à Bruxelles !

Escalier d'honneur de l'Aegidium
Photo @Lena (2021)

Vous pouvez retrouver plus d’images tirées du film L’écume des jours dans la rubrique Galerie de photos du site.

Photos : @Simply.Mad 2017 et 2021 et @Lena 2021 (et captures du film L'écume des jours et d'un extrait du film La French, 2013 et 2014)

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :