La playlist d’août 2021 – Clips musicaux (suite)

Après la playlist consacrée dernièrement aux acteurs apparus en invités dans les clips vidéo de stars, je continue ma redécouverte de clips historiques, cette fois ceux réalisés par de grands réalisateurs, parfois débutants, parfois confirmés, et qui ont mis tout leur talent au service de ces courts métrages musicaux souvent ambitieux ou en tout cas inventifs.

La plupart ont fait les beaux jours de la chaîne MTV au temps où elle était une chaîne musicale pure. Cela a souvent donné naissance à de très bonnes choses. De la musique à regarder et à écouter !

Michael Jackson a filé des cauchemars à bien des enfants avec l’aide du réalisateur des Blues Brothers et du Loup-Garou de Londres John Landis ! Sorti en décembre 1983 (alors qu’une sortie à Halloween aurait été plus indiqué, peut-être), ce court métrage de 14 minutes dans sa version complète a créé l’événement sur MTV et a déferlé sur le monde en une vague inarrêtable. Tout le monde en parlait, même ceux qui ne l’avaient pas vu (ou n’osaient pas le regarder) car à l’époque on n’était pas exposé à tout et n’importe quoi en télévision comme maintenant, notons-le. Landis mélange horreur et comédie musicale en donnant sans doute son meilleur rôle d’acteur au chanteur dansant. Par curiosité, regardez le making of du clip qui montre les heures de maquillage subies pour la transformation en loup-garou ou en zombie, fascinant !

John Landis a remis ça quelques années après Thriller avec le clip pour Black or White en 1991 avec Macaulay Culkin en cameo. On peut aussi citer Bad réalisé par nul autre que Martin Scorsese et qui a révélé Wesley Snipes. Sans oublier Spike Lee sur They don’t really care about us (les deux versions du clip), John Singleton sur Remember the Time (avec Eddie Murphy) et la collaboration entre le pape des effets spéciaux Stan Winston et Stephen King lui-même pour le moyen métrage (39 minutes) Ghosts en 1996.

Michael Jackson : Thriller (1983) – John Landis

Le réalisateur australien Russell Mulcahy se la joue Mad Max pour le groupe pop anglais Duran Duran. Il avait réalisé le tout premier clip diffusé par MTV lors du lancement de la chaîne en 1981 : le fameux Video Killed the Radio Star des Buggles (avec Hans Zimmer au clavier, habillé en noir). Il a ensuite continué sa carrière de metteur en scène de clips pour des artistes tels que AC/DC, Culture Club, The Human League, The Stranglers tout en lançant sa carrière sur le grand écran avec les films Razorback et Highlander qui ont fait le bonheur des vidéothèques dans les années 1980.

Duran Duran – The Wild Boys (1984) – Russell Mulcahy

Brian De Palma – réalisateur déjà accompli avec des succès tels que Phantom of the Paradise, Carrie, Pulsions et Scarface – illustre une des chansons les plus mythiques du rockeur au coeur tendre Bruce Springsteen, captée pendant un concert, et en prime fait découvrir une toute jeune Courteney Cox (Friends, Scream) au grand public.

Bruce Springsteen – Dancing in the Dark (1984) – Brian De Palma

Steve Barron est un réalisateur irlandais qui a illustré les chansons de Bryan Adams, de Dire Straits et d’autres artistes populaires. Il est surtout connu pour avoir mis en boîte deux des plus grands succès de la décennie : le Billie Jean de Michael Jackson et une autre chanson pour un groupe pop norvégien, devenue synonyme des années 1980 dans l’inconscient collectif grâce à une vidéo restée gravée, tellement elle était créative.

Au cinéma, on lui doit Electric Dreams, Les Tortues Ninja, L’Amour à tout prix et une très belle mini-série TV avec Sam Neill en Merlin.

A-ha – Take on Me (1984) – Steve Barron

Dominic Sena a une longue carrière de réalisateur de clips (plusieurs pour Janet Jackson) avant de se lancer au cinéma avec Kalifornia en 1993, suivi de 60 Secondes Chrono ou Opération Espadon.

Tout comme David Fincher la même année pour Madonna, Sena s’adonne ici pour Janet Jackson à un style à la 1984 de George Orwell ou à la Metropolis (le film muet avant-gardiste, pas la ville d’adoption de Superman).

Janet Jackson – Rhythm Nation (1989) – Dominic Sena

David Fincher co-fonde en 1986 la société Propaganda Films (notamment avec Dominic Sena) qui se spécialise dans la production de publicités pour la télévision et de clips musicaux. Il y fait ses classes en réalisant plusieurs vidéos pour Madonna et Rick Springfield, entre autres. On lui doit aussi Freedom pour George Michael.

Bad Girl en 1992 pour Madonna révèle déjà tout le futur cinéma de Fincher en 6 minutes top chrono. Christopher Walken joue aux côtés de la chanteuse/actrice. Vogue ? Lui aussi. Et mon préféré pour son hommage appuyé au Metropolis de Fritz Lang déjà cité :

Madonna – Express Yourself (1989) – David Fincher

Pour ce second clip réalisé par David Fincher, mon choix est purement subjectif car il s’agit d’un de mes clips préférés du King of Pop (et d’une splendide chanson, au demeurant). On y retrouve l’atmosphère de Film Noir chère au réalisateur avec une magnifique cinématographie.

Michael Jackson – Who is It (1996) – David Fincher

Tarsem Singh est un réalisateur indien à l’iconographie reconnaissable entre toutes (maquillages, costumes, décors). Au cinéma, son imagination folle a donné naissance à The Cell en 2000, The Fall (un petit bijou visuel), Les Immortels et le Blanche-Neige avec Julia Roberts en vilaine reine. Avant cela, il s’était illustré à travers plusieurs clips vidéo et une multitude de publicités pour les plus grandes marques. Il est revenu au clip musical pour Lady Gaga en 2020 avec la chanson 911.

R.E.M. – Losing My Religion (1991) – Tarsem Singh

Un réalisateur qui a parfaitement su utiliser ce médium pour mettre en avant son talent visuellement riche est le Français Michel Gondry. Musicien, illustrateur et touche à tout, voici la première oeuvre issue de sa fructueuse collaboration avec la chanteuse islandaise Björk pour qui il a créé plusieurs clips.

Björk : Human Behaviour (1993) – Michel Gondry

Très prolifique, il a mis en images plusieurs dizaines de vidéos pour des artistes aussi variés que The Chemical Brothers, The White Stripes, Kylie Minogue, Kanye West, Beck, Etienne Daho… et le fameux Je Danse le Mia du groupe IAM, c’est lui aussi ! Au cinéma son imagination débordante a donné naissance aux petits bijoux que sont Eternal Sunshine of the Spotless Mind et Soyez sympas, rembobinez.

Et parce que chacun de ses clips est finalement essentiel, voici une deuxième vidéo réalisée par Gondry, cette fois pour le groupe électro mythique Daft Punk.

Daft Punk : Around the World (1997) – Michel Gondry

Spike Jonze, photographe de formation et futur réalisateur de films décalés tels que Dans la peau de John Malkovich, Adaptation et Her, se fait la main en créant des dizaines de clips musicaux pour tout le gratin américain des années 1990. Da Funk pour Daft Punk, vous savez, le gars avec la tête de chien et le pied dans le plâtre qui se balade en ville radio à la main, c’était lui ! Lorsque Björk (encore elle) reprend un standard américain, il la propulse dans une comédie musicale que n’aurait pas reniée le grand Gene Kelly.

Björk : It’s Oh So Quiet (1995) – Spike Jonze

Michelle Pfeiffer face au rappeur dans le clip qui illustre cette chanson tirée du film Dangerous Minds (Esprits Rebelles) dont elle est la vedette en 1995. Le réalisateur Antoine Fuqua collabore avec les artistes Stevie Wonder, Prince ou Usher avant de se consacrer avec succès au cinéma : Training Day en 2001, La Chute de la Maison-Blanche, Equalizer, etc.

Coolio – Gangsta’s Paradise (1995) – Antoine Fuqua

Petit bonus car il n’a pas débuté dans cette forme d’art :

Probable fan du grand réalisateur fantasque, le groupe The Killers, après la chanson Bones en 2006, refait appel à Tim Burton que l’on ne présente plus et qui utilise tous les poncifs de son cinéma le temps d’un clip où on peut s’amuser à reconnaître les influences pas du tout cachées. On vient même à regretter les images du chanteur qui viennent casser le plaisir purement visuel.

The Killers – Here with Me (2012) – Tim Burton

Et n’oublions pas Sofia Coppola, Gore Verbinski, Mark Romanek, Marcus Nispel, Francis Lawrence, Jonathan Glazer, Marc Webb, Zack Snyder, McG, Simon West, Alex ¨Proyas, Anton Corbijn pour Depeche Mode… ils ont tous fait leurs armes dans ce mode d’expression et ont parfois continué après avoir lancé leur carrière sur le grand écran, fidèles à la musique autant qu’au cinéma.

Et puis il y a ceux qui auraient peut-être dû en rester à la réalisation de clips musicaux : Michael Bay et Brett Ratner, mais cela n’engage que moi 😉

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :