Mons se visite le nez en l’air

Le Passager, scultpure temporaire à Mons

L’Art Habite la Ville de Mons depuis 2015, année de son titre de Capitale européenne de la Culture, événement qui est venu bouleverser le quotidien des Montois (toujours en attente de leur nouvelle gare, mais c’est une autre histoire…).

Le chef-lieu de la province de Hainaut est assurément une ville touristique avec une offre culturelle impressionnante.

Histoire, folklore, art. Si l’un de ces trois pans de la culture vous embrase – voire les trois – vous êtes au bon endroit. Un musée à chaque coin de rue, un Beffroi baroque du 17ème siècle, son Hôtel de Ville gothique du 15ème siècle qui donne sur l’une des plus agréables places de Wallonie, sa Collégiale entamée au 15ème siècle et qui ne fut jamais terminée (ah tiens, un peu comme la gare), la mémoire du passage de Van Gogh dans la région… et n’oublions pas le Doudou ! Fête populaire qui n’a son pareil nulle part ailleurs, reconnue chef-d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité par l’Unesco.

J’ai la chance d’habiter dans une ville voisine et je n’ai pas encore tout découvert de ses secrets !

Et donc maintenant un parcours street art à suivre (demandez le plan à l’office de tourisme de la ville sur la Grand-Place).

Une vingtaine de fresques et d’installations sont à trouver en centre-ville, ce qui représente une boucle pédestre assez facile à parcourir. A cela s’ajoutent quelques fresques à découvrir plus loin dans les communes de l’entité.

Ce qui est particulièrement intéressant avec la démarche entamée à Mons est la signification de la plupart de ces oeuvres. Chaque artiste donnant sa propre version d’un événement ou d’une spécificité de la ville : ici le combat de Saint Georges et du dragon, plus loin Cybèle et Poliade qui appartiennent au même folklore, et là encore une légende liée à Sainte Waudru – la patronne de la ville qui y vécut au 7ème siècle.

Parmi mes oeuvres préférées, les fenêtres masquées par les reproductions inspirées d’affiches de films ou de comics (dont le culte film de science-fiction Planète Interdite) par le duo Calvin Dussart & Charles Myncke, anciens élèves de l’école d’art de Mons; la splendide fresque Eldorado de l’artiste mexicain Duek; le jeu du tarot richement illustré par le collectif Farm Prod; la fresque colorée Le Monstrueux dédiée au Doudou par le bruxellois Blancbec.

J’ai hâte de voir ce que la suite nous réservera, l’aventure artistique n’étant pas prête de s’arrêter à Mons !

Je vous conseille l’application pour smartphone Street Art Cities qui répertorie de façon pratique les fresques cachées dans une multitude de villes dans le monde, dont Mons.

Plus de street art à découvrir sur le blog !

Photos : @Simply.Mad 2019, 2020 et 2021

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :