Un Professionnel chez Mme de Maintenon

Affiche du Professionnel avec Belmondo

Cette semaine je reçois la collaboration d’une autre cinéphile qui va nous emmener à la suite de nul autre que Jean-Paul Belmondo en Eur-et-Loir.

On a tous encore en tête le thème musical du film Le Professionnel par le grand Ennio Morricone (morceau Chi Mai aussi popularisé dans les années 80 par une pub pour Royal Canin, hé oui).

Adaptation du roman Mort d’une Bête à la Peau Fragile du Britannique Patrick Alexander par le réalisateur Georges Lautner, avec qui Bébel a tourné plusieurs gros succès, le film sorti en 1981 a été co-scénarisé par Jacques Audiard.

Je laisse donc la parole à Sandra, du blog Le Plan B, qui va nous parler du Château de Maintenon qu’elle a pu visiter en 2018 et où la scène finale du film a été tournée.


J’aime beaucoup Le Professionnel parce qu’il aborde le thème de la vengeance et aussi parce que, à titre anecdotique, Joss Beaumont (le personnage de Belmondo dans le film) me fait penser à Ethan Hunt (Tom Cruise) revenu pour se venger de son gouvernement après avoir été lâchement abandonné. Vous allez dire : « Ouais ! Elle est folle, celle-là ! Ethan Hunt… ». Non, non, c’est sérieux ! Regardez bien le film de Georges Lautner et regardez ensuite Mission: Impossible Fallout (2018) de Christopher McQuarrie (d’ailleurs fan de Belmondo et du film Peur sur la Ville). Vous y verrez quelques clins d’œil : le dialogue entre Walker (Henry Cavill) et Sloane (Angela Bassett).

Pourquoi Hunt aurait basculé ? (…) Ils ont tous travaillé au service d’une cause et le jour où ils ont considéré que cette cause était mensongère, ils se sont retournés contre leur maître. Combien de fois Hunt a-t-il été lâché par son gouvernement, mis sur la touche par sa hiérarchie ou pire, trahi par elle, et combien de fois on peut supporter ça avant de se dire: ça suffit !

Mission: Impossible Fallout (2018)

Il y a aussi la scène sur l’Esplanade du Trocadéro à Paris qui avait servi avant ça de décor à la célèbre course poursuite du Professionnel (merci Rémy Julienne) et qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle du film précédent de la franchise Mission: Impossible, Rogue Nation, certes dans un autre pays mais fortement semblable. Et Walker, vous ne trouvez pas que, quand il prend son air de haut à observer tous les faits et gestes d’Ethan Hunt, il singe l’attitude du commissaire Rosen (Robert Hossein) dans le film de Lautner? Et la rencontre se finit par la même résolution fatale dans les deux films.

Après cette introduction, passons à la scène finale du Professionnel qui nous intéresse, celle qui voit le dénouement dramatique se dérouler au sein du château de Maintenon (de la Ferrière dans le film). Mais d’abord un peu d’histoire.

Le château date à l’origine du 13ème siècle pour sa partie la plus ancienne, beaucoup d’ailes ont été ajoutées par la suite. Soit à l’initiative du roi Louis XIV, soit à l’initiative de Madame de Maintenon. Veuve, sans-le-sou, celle-ci n’eut en effet pour autre solution que de devenir la gouvernante des enfants que Mme de Montespan eût avec le roi. Il paraît qu’accorder ses faveurs à ce dernier fit bénéficier à la malheureuse d’un don substantiel de 250.000 francs. Ce qui lui permit d’acheter ce château qui a pas mal évolué au cours des années. 

Toutes les photos ci-dessus @sz 2018

Au fond du parc, l’aqueduc de Louis XIV. Inachevé à cause d’une épidémie sur le chantier qui a décimé pas mal d’ouvriers, à cause d’une guerre qui a envoyé des ouvriers sur les champs de bataille, et puis le manque de sous. Madame de Maintenon eut alors cette brillante idée, comme un pied de nez à cette horreur ou à son amant, de filer quelques pierres de ce chantier pour la construction de l’église Saint-Pierre de Chartres.

L’aqueduc dont l’intérieur du château est truffé de lithographies, de gravures, de plans, est signé Vauban. Il devait abreuver Versailles situé à 45 km de là. Considéré comme un caprice de Louis XIV, il valut, en guise de dédommagement à la Maintenon, très ennuyée de cette horreur, le titre de marquise. Vauban n’était pas plus content du résultat. 

Cette reproduction du portrait de Louis XIV en costume de sacre figure en bonne place dans le château. Et lui, comme beaucoup d’autres portraits de notre époque, ne reflète pas trop la réalité. Ici, Louis XIV pose dans toute sa splendeur pour montrer aux autres nations avoisinantes que c’est lui le maître (voir l’épée). Le roi est assez enveloppé et pourtant, il pose avec des jambes superbes, dignes d’un mannequin. Pourquoi ? Juste pour expliquer de façon simple qu’après lui, sa lignée sera toujours là pour la France. Si on regarde les chaussures de ce portrait, on voit un talon rouge. Cette particularité vient du frère du roi en visite à la grande boucherie de Paris, ce qui a recouvert ses talons du sang des bêtes envoyées à l’abattage. Revenu au palais, il participe à une fête royale, où les nobles trouvent ces talons rouges très originaux et décident de copier son exemple. Une nouvelle mode à la cour est née et a donné naissance à une expression: « être talons rouges », c’est-à-dire avoir des manières raffinées. Le tableau a été peint en 1701 par Hyacinthe Rigaud, l’original aurait été perdu ou détruit. Il y a également une copie au château de Versailles.

Je n’ai pas pu prendre de photos à l’intérieur du château (contraire au règlement des visiteurs). Malgré tout, j’ai pu reconnaître certains lieux vus dans le film: la Grande Galerie (qui était en travaux lors de ma visite) où sont exposés des tableaux représentant des membres de la famille de Noailles (propriétaire du château à la suite de la Marquise de Maintenon) ou qui retracent leurs grands faits d’armes. Dans le film, c’est là que le colonel Martin (Jean-Louis Richard) tient son QG et d’où Farges (Bernard-Pierre Donnadieu) tire avec un fusil-mitrailleur. Je pense également que la scène où le ministre donne l’ordre de tirer sur Beaumont a été tournée dans la bibliothèque.


Merci Sandra pour tous ces détails qui donnent un nouvel angle au film. La dernière séquence lorsque Belmondo s’éloigne du château sur la pelouse, en direction de l’hélicoptère qui lui rendra – peut-être – sa liberté, est toujours aussi mémorable.


NDLR : un petit complément en images soumis par Fabrice le cinéphile qui a également visité le château de Maintenon sur les traces de Bébel, un bon complément aux photos de Sandra.

Toutes les photos ci-dessus @cinema_fabrice

Vous pouvez retrouver plus d’images tirées du film Le Professionnel dans la rubrique Galerie de photos du site.

Photos de Maintenon: @zatlosan2020 et @cinema_fabrice (et @simply.mad 2009 pour Paris + captures d'écran du film Le Professionnel sur Netflix, 1981 + photo de @Wikipedia: Louis XIV)

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :