Le Jour J au cinéma

Saving Private Ryan de Spielberg

Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon coeur d’une langueur monotone.

Paul Verlaine

Deux films Hollywoodiens majeurs ont traité du sujet du Débarquement de Normandie à près de quarante ans d’écart : Le Jour le Plus Long et Il Faut Sauver le Soldat Ryan.

Mais aucun des deux n’a utilisé les plages tristement célèbres comme lieux de tournage, pour des raisons pratiques évidentes.

« Ici Londres… veuillez écouter tout d’abord quelques messages personnels. » Radio Londres, depuis les ondes de la BBC, commençait ainsi ses messages codés à destination de la résistance française entre 1941 et 1944. Ces vers de Verlaine annonçait alors le débarquement imminent du 6 juin 1944, autrement plus connu sous l’appellation de Jour J (D-Day en anglais).

En 1962 sort sur les écrans le film américain de la 20th Century Fox Le Jour le Plus Long, adapté du roman éponyme de Cornelius Ryan qui a également écrit Un Pont Trop Loin, devenu à son tour un film. Superproduction qui a demandé pas moins de trois réalisateurs pour tout mettre en boîte – Ken Annakin pour les séquences anglaises, Andrew Marton pour les séquences américaines et Bernhard Wicki pour les allemandes – le film met en scène le lancement de l’opération Neptune par les Alliés, par la mer et par les airs simultanément.

Le tournage a eu lieu en France (Normandie et Corse principalement).

Filmé en noir et blanc, le long métrage remporte les Oscars de la meilleure cinématographie et des meilleurs effets spéciaux. Le casting regroupe tout le beau monde du cinéma de l’époque (John Wayne, Stuart Whitman, Jeffrey Hunter, Robert Wagner, Robert Mitchum, Curd Jürgens, même un Sean Connery pré-James Bond, etc.), beaucoup de ces acteurs ayant réellement pris part à la Seconde Guerre Mondiale, tels Richard Burton, Rod Steiger, Henry Fonda, Richard Todd, Eddie Albert et Bourvil qui faisait partie de la Résistance. Le film fait également apparaître de vrais héros du Débarquement dans des seconds rôles, ces acteurs amateurs servaient de plus de consultants pendant la production.

Pour la figuration, le film a pu compter en outre sur la participation de l’armée américaine, c’est la 6ème flotte qui était justement en manoeuvre au large de la Corse qui met à disposition hommes et navires.

Les scènes de Sainte-Mère-Eglise et de la Pointe du Hoc ont réellement été tournées sur place, par contre les séquences du débarquement par la mer ont été filmées en Corse sur la plage de Saleccia et sur la plage Conches des Baleines sur l’île de Ré en Charente-Maritime. On peut aussi reconnaître dans le film le château de Chantilly (scènes de la Kommandantur), Port-en-Bessin qui sert de doublure à Ouistreham, le Pont de Ranville sur le canal de Caen – alias Pont Pegasus – à l’époque du tournage le pont original était encore en place, il a été remplacé en 1994 par une structure plus longue et le premier pont est depuis exposé au Mémorial Pégasus à quelques mètres de là. Plus anecdotique, la maison que l’on voit lorsque le soldat allemand à l’embonpoint marqué (joué par Gert Fröbe) se déplace nonchalamment à cheval se trouve à Sainte-Honorine-des-Pertes.

Les studios de Boulogne-Billancourt à Paris ont été utilisés pour les intérieurs – par exemple pour les scènes de bunkers dont les extérieurs ont été filmés quant à eux à la batterie allemande de Longues-sur-Mer, restée pratiquement en l’état.

Sainte-Mère-Eglise et son édifice religieux remontant au 12ème siècle ont été le siège d’une anecdote qui a été popularisée par le film : lors du parachutage des compagnies américaines 82ème et 101ème Airborne, le soldat John Steele (Red Buttons à l’écran) est resté accroché par son parachute au clocher de Notre-Dame-de-l’Assomption tandis que beaucoup de ses malheureux compagnons se faisaient tirer comme des lapins par les soldats allemands au sol. Miraculeusement indemne, sa mésaventure devient la séquence la plus angoissante du film. Le fait est toujours commémoré de nos jours à Sainte-Mère-Eglise où un mannequin en tenue de G.I. est suspendu au clocher de l’église.

Devant la mairie de la petite commune se trouve la borne 0 de la Voie de la Liberté qui jalonne, de France jusqu’en Belgique, le chemin de la victoire des Alliés.

Mairie de Sainte-Mère-Eglise, plage d’Arromanches, canon de défense aérienne, le vrai pont Pegasus au musée du même nom à Ranville

La séquence de la prise de la Pointe du Hoc est très similaire aux faits réels : coincé entre les plages aux noms de code Omaha et Utah, cet éperon rocheux était un point stratégique de la défense côtière allemande qu’il fallait absolument détruire pour permettre l’avancée des troupes qui débarquaient. Le lieu n’avait que très peu changé depuis la fin de la guerre et pût donc être utilisé sans trop ajouter d’éléments. On peut y visiter actuellement les vestiges de la batterie allemande (casemates et emplacements de canons mitrailleurs) et on y trouve encore des trous de bombardement.

La Pointe du Hoc et les vestiges de la batterie allemande; Canon allemand à Longues-sur-Mer (pour cette dernière photo, merci @Tom)

Deux éléments restent indissociables du long métrage : le fameux « cricket » et la chanson-titre The Longest Day interprétée par Paul Anka (qui tient un petit rôle dans le film) et chantée en français par Dalida. Le clip vidéo – appelé à l’époque scopitone – de la chanson mettant en scène Dalida a été réalisé par un Claude Lelouch encore débutant.

Le jour est long, le jour est long

Et l’espoir est tout au fond
Et les cris sont des millions

Nous irons vers la victoire
Par le sang des compagnons
Qui ont fait marcher l’histoire
En courant pour le jour le plus long.

Venons-en donc au « cricket » ou clicker en anglais. Ce petit objet qui reproduit le son de l’insecte sauteur était utilisé par la 101ème Division Aéroportée lors du parachutage en Normandie. Un clic devait être répondu par deux clics pour signaler la présence amie. Un petit outil de communication bien utile sur le terrain au premier jour du Débarquement. C’est devenu un des souvenirs les plus vendus en Normandie.

Passons maintenant au chef d’oeuvre de Steven Spielberg, Il Faut Sauver le Soldat Ryan, scénarisé par Robert Rodat et inspiré par l’affaire des frères Niland dont le seul survivant présumé fut rapatrié aux USA quelques jours après le Jour J.

Le tournage a eu lieu en Irlande, sur la plage Curracloe à Ballinesker qui pouvait passer pour les plages normandes de 1944 du fait de son état naturel. Pour la reconstitution de la scène du débarquement à Omaha Beach, plus de 1000 figurants en tout ont été nécessaires, l’armée irlandaise mettant à disposition plusieurs centaines de militaires réservistes pour la figuration.

La ferme de la famille Ryan a été construite pour les besoins du tournage dans le Wiltshire en Angleterre, dans une zone rurale qui ressemble à s’y méprendre aux grands espaces de l’Iowa. Lorsque le capitaine Miller (Tom Hanks) et ses hommes passent la nuit dans une église, ils sont dans la chapelle de Thame Park, une ancienne abbaye cistercienne près d’Oxford. C’est là aussi qu’a été réalisée la prise de la mitrailleuse qui protège le radar Mammut où le soldat allemand démontre son amour de la culture populaire américaine (« Betty Boop, what a dish !« ). La séquence de défense du village fictif de Ramelle a été tournée dans un décor entièrement construit dans l’ancienne usine d’avions de Hatfield dans le Hertfordshire, toujours en Angleterre.

Une seule séquence a été filmée en France, l’introduction et la conclusion du long métrage qui montrent un James Ryan âgé (Harrison Young), accompagné de sa famille, venir se recueillir sur les tombes de ses sauveurs au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, juste au-dessus de Omaha Beach. Parmi les 9.388 Américains inhumés ici, on peut trouver les sépultures des deux frères Niland tombés en Normandie, ainsi que le lieu de repos éternel du brigadier général Theodore Roosevelt, Jr., fils aîné du 26ème président des Etats-Unis. Son rôle est interprété par Henry Fonda dans le film Le Jour le Plus Long.

Il Faut Sauver le Soldat Ryan valut l’Oscar du meilleur réalisateur à Spielberg, son fidèle chef opérateur Janusz Kaminski remportant celui de la Meilleure cinématographie et le son étant très justement récompensé aussi dans deux catégories.

Vous pouvez retrouver plus d’images tirées du film Le Jour le Plus Long dans la rubrique Galerie de photos du site.

Photos : @Simply.Mad 2008 et @Tom Barbarossa (et captures des DVD Le Jour le Plus Long, 20th Century Fox 2004 et Il Faut Sauver le Soldat Ryan, DreamWorks 1999).

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :