Bruxelles, ma belle

Allez une fois

Il existe une multitude de raisons de visiter la capitale, véritable couveuse de cultures. Le street art est l’une d’entre elles depuis de nombreuses années.

Petit tour de ville à la recherche de ces interventions artistiques et de leur signification.

On peut discerner grosso modo deux grands thèmes qui sont au coeur même de l’ADN de Bruxelles : la belgitude et la pluriculturalité. Si ce second élément est commun à toutes les grandes villes où se côtoient de multiples nationalités, il n’y a qu’à Bruxelles que vous rencontrerez ce mélange de cultures, non seulement à la sauce belge mais également mêlé aux influences flamandes et Brusseleir.

Et naturellement ce melting pot culturel se retrouve dans l’expression artistique qu’est l’art urbain. La ville l’a bien compris en fédérant depuis dix ans au moins cette forme d’art, mercenaire à ses débuts et récupérée par les villes et institutions, en lui permettant de passer du statut éphémère à celui de réelle exposition à ciel ouvert.

Plusieurs parcours thématiques existent, l’office de tourisme de Bruxelles met à disposition une carte interactive avec lieu exact et explication de chaque oeuvre. Pratique !

Manneken Peace; 9 Visions of Brussels; Le Renard du Mouchoir; La Maternité

Personnellement, j’aime bien partir à l’aventure, sans but précis, à moins de me déplacer expressément pour voir une fresque murale dont j’ai eu vent. Selon le quartier où je me trouve, je prévois toujours un peu de temps pour parcourir les rues et observer ce qui se trouve autour de moi, prête à dégainer le smartphone. Plus tard, je m’informe sur le web afin d’en connaître un peu plus sur l’artiste et sa démarche artistique, et si la fresque ainsi découverte par hasard fait partie d’un parcours.

C’est ainsi que plusieurs déplacements sont parfois nécessaires, au fil de mes balades et de mes envies. Et c’est ainsi que j’ai décidé de partager sur le blog le fruit de mes découvertes, ville par ville.

Parcours Bruegel; Festival La Belle Hip Hop

A côté des oeuvres commandées par la ville, vous avez les événements et festivals qui viennent réveiller parfois toute une rue de leurs interventions flamboyantes.

Parmi les plus notables :

  • la Belle Hip Hop dans la rue de l’Eclipse : « Rap, danse, graffiti ; le hip-hop n’est pas qu’une affaire d’hommes », ce slogan est illustré par des graffeuses belges (LaetiCNN199, Nadia, Michelle Shiyu Chen & Chelove).
  • Trotwart : le quartier des Marolles anime ses trottoirs en 2011 avec des mosaïques colorées qui représentent les métiers que l’on retrouvait ici autrefois : poissonnier, allumeur de réverbères, marchande de crème glacée, rémouleur, loueur de chaises… Réalisations de l’artiste Nathalie Veit.
  • Out in the street : la première fresque murale BD LGBT+ d’Europe est à retrouver Rue de la Chaufferette, à deux pas de l’Ancienne Belgique. Le dessinateur allemand Ralf König et l’illustratrice grecque Fotini Tikkou y ont participé.
  • Parcours Street Art Bruegel : pour célébrer les 450 ans de la mort du peintre de la Renaissance en 2019, la ville a commandé une dizaine de fresques que l’on peut trouver aux alentours de la Maison Bruegel et de l’église du quartier (il est enterré à l’Eglise de la Chapelle). Portrait, hommage à ses oeuvres et à son univers par plusieurs artistes belges, français, polonais et anglais.
  • 9 Visions of Brussels : le nouveau centre administratif de Bruxelles est en construction en plein centre-ville, c’est ce gros chantier commencé depuis 2 ou 3 ans entre la rue des Halles et la rue de la Vierge Noire. La palissade côté rue du Marché aux Poulets est occupée par les créations de 9 artistes différents.

Out in the street; Jef Aérosol et la musique; Mickey a 90 ans; Mosaïque Trotwart; un dinosaure de Bonom attaque le Manneken Pis !

Vous retrouverez dans la capitale des noms d’artistes renommés très souvent sollicités, qu’ils soient de passage (Jef Aérosol et ses pochoirs) ou bien Bruxellois d’adoption (Bonom alias Vincent Glowinski) et des collectifs belges qui se sont fait un nom grâce à leurs styles distinctifs (Hell’O, Farm Prod).

Bien sûr, le côté commando du graff existe encore de nos jours à Bruxelles, heureusement, même s’il est relégué à des zones moins centrales, à l’écart des regards. J’y reviendrai à l’occasion !

Le street art à découvrir sur le blog. Mons, Charleroi, Ostende, Namur et plus à venir.

Photos : @Simply.Mad 2019, 2020 et 2021

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :