Roger Moore tire sa révérence

Dangereusement Vôtre avec Roger Moore

Suivez ce parachute !

James Bond (Roger Moore)

Un dernier tour de piste pour le Bond de Roger Moore. L’aventure démarre en Sibérie, continue à Paris et à Chantilly pour se terminer à San Francisco.

Jamais fatigué, ce Bond !

Dangereusement Vôtre (A View to a Kill – 1985)

Réalisé par John Glen sur un scénario original dont seul le titre en V.O. est emprunté au livre From a View to a Kill de Ian Fleming, musique de John Barry, chanson de Duran Duran. Glen réalisa 5 films de la saga à la suite, Rien que pour vos Yeux, Octopussy, celui-ci, plus les deux épisodes de l’ère Timothy Dalton.

Des Bond, il y en a des bons et des moins bons. Je parle des films et non des interprètes car j’estime que chacun a apporté quelque chose au personnage (oui, même l’éphémère George Lazenby dans Au Service Secret de Sa Majesté). Bien sûr, chaque film reflète son époque et c’est avec ce regard et l’esprit ouvert qu’il faut idéalement (re)découvrir les 25 films de la saga. Cet opus est plutôt à ranger dans la case des « moins bons » à cause d’une histoire alambiquée qui est sauvée in extremis par les prestations des méchants du film.

Roger Moore prête sa prestance et son oeil coquin à James pour la septième et dernière fois avec ce Dangereusement Vôtre (doit-on voir dans le titre français un clin d’oeil à la série Amicalement VôtreThe Pretenders en V.O. – dans laquelle Moore, aux côtés de Tony Curtis, était en quelque sorte en pleine répétition pour son futur rôle de l’agent 007 ?). 7 films en 12 ans et une retraite à 57 ans, ce qui en fait le plus âgé des interprètes de Bond, et pas une seule fois sa coupe de cheveux parfaite n’a bougé… en effet, il faut savoir que Moore était, de tous les acteurs ayant interprété Bond, le moins enclin à se mettre en difficulté et le montage des films laissait rarement douter du fait que c’était sa doublure qui prenait tous les risques lors des combats et cascades 😀

Dans la scène pré-générique, en guise de Sibérie, c’est en fait en Islande que la scène de course-poursuite à ski a été filmée. Fait notable, la scène a contribué à populariser un sport de glisse naissant : le snowboard. C’est Tom Sims qui double James dans la séquence. Sims était un champion de skateboard qui aida à développer et populariser le snowboard moderne dans les années 1980 (discipline olympique depuis le milieu des années 1990 seulement). Il faut se rappeler que ces nouveaux skieurs étaient mal vus au début sur les pistes de ski, du fait de la vitesse et du côté « freestyle » du snowboard qui sont incompatibles avec la pratique du bon vieux ski. La situation s’est améliorée depuis, mais la petite guéguerre entre « vrais skieurs » et snowboarders n’est jamais loin.

Après un bref passage au bureau du MI6 à Londres, James suit la piste de la puce électronique récupérée en Sibérie. Fabriquée par Zorin Industries, elle mène Bond à l’hippodrome d’Ascot, non loin de Londres, où l’entrepreneur Max Zorin (Christopher Walken) fait courir l’un de ses chevaux. Le meeting royal d’Ascot, vous connaissez peut-être, la famille royale y assiste chaque année, la Reine y arrive en calèche et c’est l’occasion pour les dames de sortir leurs plus beaux chapeaux.

C’est à Paris que James continue l’enquête sur Zorin, tout d’abord à la tour Eiffel où il doit rencontrer un informateur qui se fait éliminer, au cours d’un dîner-spectacle au restaurant Jules Verne, par une mystérieuse femme toute de noir vêtue jusqu’à la cagoule qui dissimule son visage. Course-poursuite à l’ascension des escaliers de la tour qui se termine à l’étage supérieur d’où la dame se jette dans le vide… munie d’un parachute qui la fait se poser délicatement sur un bateau-mouche sur la Seine au niveau du pont des Invalides. Lancé à sa poursuite dans un taxi « emprunté », Bond traverse le Quai Branly et descend par les escaliers vers le quai où sont amarrés les bateaux touristiques (le Port de la Bourdonnais). Par on ne sait quelle magie, il se retrouve très vite au Port du Gros Caillou, à proximité du Pont des Invalides et il traverse ensuite le majestueux pont Alexandre III avec ce qui reste de sa voiture. Le gag de la voiture coupée en deux, un hommage au film Le Cerveau avec Belmondo ? En tout cas, on retrouve le même responsable des cascades sur les deux films : Rémy Julienne – qui doublait Roger Moore depuis Rien que pour Vos Yeux. Du pont Alexandre III, reconnaissable à ses 4 colonnes imposantes coiffées de statues dorées, Bond saute sur le bateau à la suite de May Day (Grace Jones) que l’on nous présente bientôt comme étant la garde du corps très efficace de Zorin.

Après un petit détour par la prison après le saccage causé sur la Seine, James est récupéré par M (Robert Brown) et on voit leur voiture sortir de la Cour de Cassation sur l’île de la Cité, en plein coeur de Paris. Le voyage en voiture les mène ensuite de nouveau à proximité du pont Alexandre III, on peut apercevoir le Grand Palais en arrière-plan.

La tour Eiffel, la Cour de Cassation et la Conciergerie voisine, le Grand Palais

Bond, alias James St. John Smythe pour l’occasion, se rend ensuite au château de Chantilly, domaine du psychopathe Zorin qui y abrite ses écuries. Dans le film, on a droit à une visite en règle alors que James se balade dans la propriété, dans et autour du château, pas toujours en invité.

Le domaine de Chantilly se situe dans le département de l’Oise, à 50 km de la capitale. Le bâtiment le plus ancien remonte au 14ème siècle, les jardins ont été dessinés par l’incontournable André Le Nôtre, et les diverses constructions n’ont eu de cesse de transformer l’aspect du château, entre autres par les Montmorency qui l’ont habité au 16ème siècle, jusqu’à sa forme actuelle qui date du 19ème siècle seulement, lorsque Henri d’Orléans, fils du roi Louis-Philippe, le reçut en héritage. Il lègue plus tard le domaine et ses propres collections de peintures et de livres à l’Institut de France qui continue à le gérer à ce jour, notamment via le Musée Condé.

Un autre bâtiment majeur du domaine abrite les Grandes écuries, construites au début du 18ème siècle sous l’oeil attentif de Louis-Henri de Bourbon, prince de Condé, propriétaire à l’époque du domaine. Malmenées par les révolutions et les deux guerres mondiales, les écuries accueillent le Cercle Hippique de Chantilly à partir de 1948 et depuis 2013 le Musée du Cheval, ainsi que des spectacles équestres à destination des visiteurs. Et bien sûr, l’hippodrome face aux écuries, inauguré en 1834 et où se tiennent de nombreuses courses. Dans le film, Bond se fait même poursuivre à cheval jusque dans la forêt de Chantilly toute proche.

Tiens, avez-vous reconnu Dolph Lundgren dans sa première apparition à l’écran ? Dans la scène où le général Gogol (Walter Gotell), figure bien connue du KGB dans les films avec Roger Moore, vient voir Zorin à l’hippodrome de Chantilly. Le bodybuilder joue un garde du corps, minuscule rôle sans dialogue qu’il a obtenu car il fréquentait alors Grace Jones.

Dolph Lundgren débutant dans Dangereusement Vôtre
Dolph Lundgren que vous apercevrez si vous ne clignez pas des yeux 😉

Dernière étape de l’épisode pour Roger Moore : San Francisco et la Silicon Valley. On peut identifier à l’écran le quartier touristique Fisherman’s Wharf, l’hôtel de ville et le pont-levis Lefty O’Doul. A la fin du long métrage, le dirigeable de Zorin s’approche d’un peu trop près du Golden Gate Bridge.

La Silicon Valley (vallée du silicium) porte ce nom depuis les années 1970 lorsque cette ressource essentielle dans l’électronique fit pousser comme des champignons les entreprises et centres de recherche dans cette vallée au sud de la baie de San Francisco. De nos jours, les fabricants de puces électroniques ont été supplantés par les start-ups et autres GAFA. On y trouve notamment le Googleplex, complexe futuriste où s’est tournée en 2013 la comédie Les Stagiaires avec Owen Wilson et Vince Vaughn.

La séquence souterraine, dans laquelle May Day se révèle pas si méchante que ça finalement, n’a pas du tout été filmée en Californie, comme on veut nous le faire croire dans le film. Lorsqu’elle sort du tunnel et que Bond s’accroche au zeppelin de Zorin, on est en fait en Angleterre, au Amberley Museum, il s’agit d’une ancienne carrière de craie dont les infrastructures ont été transformées en musée de l’industrie et du transport du passé en 1979.

Voilà pour le tour du propriétaire, ce à quoi il faut ajouter les habituels studios Pinewood pour les séquences tournées en studio.

Vous pouvez retrouver toutes les images tirées du film Dangereusement Vôtre dans la rubrique Galerie de photos du site.

Pas encore assez de Bond ?

Photos : @Simply.Mad 2007, 2015 et 2018 (et captures du DVD de Dangereusement Vôtre, MGM 2006)

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :