Voyage scolaire avec Spider-Man

Poster du film Spider-Man Far from Home

Ne t’excuse jamais d’être le plus malin de la bande.

Quentin Beck, alias Mysterio (Jake Gyllenhaal)

Après Les Gardiens de la Galaxie à la gare de Liège, partons sur les lieux de tournage européens du second film du MCU basé sur les aventures de l’homme-araignée.

Spider-Man est attaché à la ville de New York, il la quitte rarement dans ses aventures dessinées, outre lorsqu’il se joint aux Avengers, ce pourquoi il est connu sous l’appellation de « friendly neighborhood Spider-Man » (ou l’Homme-Araignée sympa du quartier en VF). Mais pour le second film pour le grand écran de ses nouvelles aventures sous la houlette des Studios Marvel, avec Tom Holland en tête d’affiche, un voyage scolaire en Europe est l’excuse idéale pour malmener des lieux hautement touristiques… car là où le jeune Peter Parker – alias Spider-Man – passe, les choses restent rarement calmes !

Le film s’ouvre sur une séquence nous introduisant à un nouveau personnage en costume de super-héros, interprété par Jake Gyllenhaal (vu dans les films Zodiac, Prisoners, Brokeback Mountain, etc.), plus tard il recevra le nom de Mysterio. Si l’action nous est présentée comme ayant lieu au Mexique, le tournage a en fait eu lieu en Espagne, dans la région de Saragosse. Et plus exactement dans les ruines du village de Belchite qui fût le terrain de multiples batailles pendant la guerre d’Espagne, le dictateur Franco décida de le laisser à l’état de ruine, le lieu est toujours un site protégé à ce jour. Deux grands réalisateurs avaient déjà utilisé ce village fantôme dans leurs films : Terry Gilliam pour Les Aventures du Baron de Münchausen et Guillermo del Toro pour Le Labyrinthe de Pan.

Après une apparition à l’association où travaille sa tante May (Marisa Tomei) à Brooklyn, les vacances pour Peter et ses amis commencent à Venise en Italie, la ville romantique par excellence, ils y arrivent par l’aéroport Marco Polo où le jeune homme est embarrassé par le contenu étrange de sa valise… mais c’est finalement une banane qui lui est confisquée à la douane 😉 C’est à bord d’une barque motorisée que la fine troupe traverse la lagune pour atteindre la ville qui a les pieds dans l’eau – et les magnifiques plans larges nous laissent apprécier en même temps qu’eux la vue sur la petite île de San Giorgio Maggiore avec sa basilique et son campanile, ensuite la basilique Santa Maria della Salute, avant de rejoindre l’île principale de l’archipel où ils empruntent le Grand Canal et passent sous le Pont du Rialto datant du 16e siècle. Plus tard dans le film, ce pont couvert (ou plutôt sa copie) qui abrite des boutiques sera pratiquement détruit lors d’une bataille épique ! Ils se rendent vite à leur hôtel quelque peu décrépi vu de l’extérieur, situé sur un des innombrables canaux qui parcourent la ville.

Les jeunes et leurs professeurs jouent alors les touristes sur la célèbre place Saint-Marc où l’on reconnaît le campanile et la basilique du même nom, celle-ci fut édifiée au 11e siècle pour sa partie basse et au 13e siècle pour les riches ajouts (coupoles, mosaïques), de style byzantin. Elle devait historiquement accueillir les reliques de l’apôtre Marc, son sarcophage est toujours présent dans la basilique.

Les pigeons, les masques de carnaval, les gondoles, tous les clichés se suivent à l’écran et c’est bien normal, on ferait tous pareil à leur place, non ? 😉

Le soir-même Nick Fury surprend Peter dans sa chambre d’hôtel pour l’embarquer en mission, leur balade nocturne sur l’eau a bien entendu été filmée en studio, il est plus que probable que Samuel L. Jackson n’ait même pas mis les pieds en Italie pour cette séquence, pas de bol pour lui ! Pareil stratagème pour la suite de la scène dans laquelle Spider-Man tente cette fois de stopper la destruction du clocher de l’église Santa Maria Formosa à courte distance de la place Saint-Marc, la magie des effets spéciaux alliée à la copie du décor en studio et c’est dans la poche pour tout faire péter (péter, Peter, vous l’avez ? 😀 Oui, bon, on fait ce qu’on peut !).

Basilique San Giorgio Maggiore, les canaux, la basilique et la place Saint-Marc, le Pont du Rialto

Le périple des adolescents se poursuit ensuite en République Tchèque alors qu’ils devaient se rendre à Paris à l’origine, Fury s’étant débrouillé pour « dérouter » l’itinéraire en les envoyant à Prague en autocar à la place, pendant le festival de lumières de la ville. Je n’y suis encore jamais allée alors que c’est une destination qui revient souvent dans mes projets, je ne peux donc pas encore vous parler en détails des lieux de tournage mais on peut tous reconnaître le pont Charles, l’impressionnant pont du 14e siècle qui traverse la rivière Vltava coupant la ville en deux, et déjà vu dans pléthore de films tels que le premier Mission Impossible réalisé par Brian de Palma ou Van Helsing avec Hugh Jackman en chasseur de vampires.

Peter continue alors seul son tour d’Europe en passant par Berlin et les Pays-Bas où vient le récupérer Happy en jet, ces scènes ont été tournées soit en studio soit quelque part en Angleterre ou à Prague – ce champ de tulipes m’a fort l’air d’être 100% numérique, et bonjour les clichés sur les villageois néerlandais 😉

Champ de tulipes aux Pays-Bas

De vrais champs de tulipes à côté du jardin botanique Keukenhof

Le dernier acte du film se passe à Londres où Peter va finalement retrouver ses amis, mais avant ça on a pu voir Mysterio préparer son prochain coup depuis l’Alexandra Palace Theatre, au sein d’un complexe mythique remontant à l’ère victorienne qui a servi de studios à la naissante BBC dans les années 1930 et plus, on a également pu en voir la patinoire dernièrement dans le film Last Christmas avec Emilia Clarke et Henry Golding.

Les ados arrivent dans la capitale par la gare Saint-Pancras (vue aussi dans Mission Impossible : Rogue Nation et dans Harry Potter : La Chambre des Secrets) et se rendent rapidement à la Tour de Londres, destination prisée par toutes les excursions scolaires dans la ville, et c’est à bord d’un bus à impériale que le groupe traverse Tower Bridge d’où ils sont témoins de l’ultime attaque déclenchée par Mysterio pour jeter le discrédit sur notre jeune super-héros.

Le Shard, Tower Bridge et la Tour de Londres, film (2019) vs réalité (2015)

Fury et son bras droit Maria Hill (Cobie Smulders) observent la scène depuis The Shard, cet immeuble récent sur la rive gauche de la Tamise – pourquoi « shard » (tesson) ? Parce que le building de verre, le plus haut de Londres à ce jour, se termine par une pointe acérée qui semble trancher dans le ciel londonien !

Le pont Tower Bridge va méchamment souffrir sous les tirs des drones détournés par Mysterio, tandis que celui-ci dirige les opérations depuis l’une des galeries piétonnes dans la partie supérieure du pont. Il peut ainsi observer depuis ce passage couvert au sol de verre les faits et gestes de Spider-Man qui fait de son mieux pour limiter les dégâts sur le pont le plus connu de Londres ! Pendant ce temps, les étudiants de la Midtown School of Science and Technology et leurs accompagnateurs se réfugient à la Tour de Londres toute proche et Happy est sur les lieux également. Evidemment, ici aussi le tout a été recréé en studio pour permettre les dégâts faits à l’élégant pont, seules quelques heures de tournage sur place ont permis de mettre en boîte suffisamment de plans avec les acteurs pour les mélanger avec les faux décors.

Le Shard, Tower Bridge et l’enceinte de la Tour de Londres

Les jeunes et leurs professeurs passent donc du pont à la promenade qui longe la tour ancestrale (le même endroit où un restaurant en plein air fût créé de toutes pièces pour une séquence de Mission Impossible : Rogue Nation) et contournent l’enceinte avant de finalement se réfugier à l’intérieur de ses solides murailles qui ont résisté à bien des guerres. La partie centrale de style normand, la Tour Blanche, date du 11e siècle lorsque Guillaume le Conquérant régnait sur l’Angleterre, au fil des siècles des constructions supplémentaires sont venues s’ajouter, et tantôt château royal, tantôt forteresse, tantôt prison, bien des drames s’y sont déroulés. Une visite des tours qui servaient de prison déjà au 15e siècle et au-delà portent encore sur leurs murs les signes gravés du passage de prisonniers, certains anonymes, d’autres plus notables. Visiter l’ensemble muséal de la Tour de Londres, c’est réellement revivre l’Histoire d’Angleterre à travers les siècles.

Là où le film joue complètement avec la réalité des lieux, c’est dans la scène qui nous montre les amis de Peter et Happy se réfugier dans la chambre forte qui abrite les fameux joyaux de la couronne. En effet, s’il y a bien un musée au sein de la Tour Blanche présentant une impressionnante collection d’armures royales remontant au Moyen-Âge – dont celles du roi Henri VIII et celles des chevaux de combat – les bijoux royaux sont localisés dans un autre bâtiment de l’enceinte. D’ailleurs les vitrines et armures que l’on voit dans le film ne correspondent pas au musée réel, on se doute bien que le tournage n’aurait pas pu avoir lieu à l’intérieur de la vénérable Tour (ni à proximité des véritables joyaux).

La cinéphile en voyage avec son sac à dos bleu à la Tour de Londres, Jewel House et le musée Royal Armouries

Pour voir les sceptres, couronnes, pierres éminemment précieuses et le globe royal, direction la caserne Waterloo de construction plus récente (19e) et nettement plus facile à protéger, sans doute. Adéquatement renommée Jewel House, les photographies y sont interdites, vous avez tout intérêt à bien observer ces objets mythiques, symboles de la monarchie britannique, avant de quitter la salle. Et n’essayez même pas de tricher, des caméras sont dissimulées partout ! On ne rigole pas avec la sécurité ici.

Tower Bridge vu de la Tour de Londres, les galeries piétonnes en haut de Tower Bridge

Tout est bien qui finit bien, Peter et MJ (Zendaya) se retrouvent sur Tower Bridge, dévasté après la bataille, et finalement retour à la maison en avion – l’aéroport de Stanstead au nord de Londres double celui de Newark, New Jersey où arrive le groupe pour rentrer à New York juste à côté.

Peter dans son costume de super-héros emmène alors MJ pour une balade voltigeante au-dessus des rues de Manhattan, on peut entre autres reconnaître le viaduc de Park Avenue qui juxte Grand Central Station.

Plus de films tournés à Londres ?

Vous pouvez retrouver toutes les images tirées du film Spider-Man : Far from Home dans la rubrique Galerie de photos du site.

Photos : @Simply.Mad 2015 et @Karin et Roberto 2011 pour Venise (et captures du Blu-ray de Spider-Man : Far From Home, Marvel Studios/Disney 2019)

Publié par Simply.Mad

Geek, cinéphile, fan de science-fiction et de bande dessinée. Aime un peu trop le chocolat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :